Il fait Rennes-Nantes en autostop : une incroyable odyssée de 100 km

7807048954_657cffd599_z

NANTES. Incroyable, mais vrai ! Lundi, Amaury Brisette, 22 ans, a atteint le centre-ville de Nantes après un périple de 110 kilomètres en autostop. Il était parti deux heures plus tôt de Rennes, près du Centre Alma. Un voyage qui n’a pas été de tout repos.

« Quand j’ai parlé de ce projet à mes amis, ils ont eu du mal à y croire », se souvient le jeune homme, étudiant en sciences sociales à l’université Rennes 2. « Ils pensaient que j’allais abandonner rapidement, que personne ne s’arrêterait. »

Mais Amaury est tenace. Pendant deux mois, ils prépare son trajet, calcule les meilleurs itinéraires. Pour pallier le coût du voyage, il multiplie les dossiers de sponsoring. « Sans eux, rien n’aurait été possible, reconnaît-il. Go Sport m’a fourni pour 2000 € de matériel contre la pluie et le froid. Et Nivea, de la crème apaisante pour mes mains. Tenir un panneau en carton en plein soleil est une épreuve que je ne souhaite à personne. »

Le jour dit, Amaury prend le métro jusqu’à l’échangeur du Centre Alma. Pour lui, c’est le point de non-retour.

Et soudain, c’est le drame : « Les conducteurs klaxonnaient et me faisaient de grands gestes. J’ai mis un certain temps à me rendre compte que je faisais du stop dans le mauvais sens ! »

En hâte, Amaury fait quatre pas de l’autre côté du terre-plein et retrouve le bon sens de circulation. Plus de peur que de mal. Et après une interminable attente de dix minutes, un conducteur s’arrête. « C’était un maçon qui faisait son trajet de retour vers Nantes. Coïncidence : il avait lui-même fait du stop pendant sa jeunesse ! »

Commence alors l’incroyable aventure. Pendant plus d’une heure, Amaury et Pierre, le maçon, vont échanger des réflexions sur leur famille, leurs hobbies et le sens de leur existence, entrecoupées de longs silences gênants. « Cette expérience a changé ma vie à tout jamais. A un moment, Pierre m’a dit « Ca t’embête si j’fume ? » J’ai hésité et j’ai dit « Nan vas-y ». Alors, il a ouvert la fenêtre. »

Son meilleur souvenir ? A mi-parcours, Pierre s’arrête à une station-service. « Je lui ai payé un café et un paquet de Smarties. Tous les deux, avec nos gobelets en plastique, on regardait la route et on avait l’impression d’être les rois du monde. Ca a explosé mon budget nourriture, mais ça valait le coup. »

Quand Amaury arrive enfin à Nantes, il sait qu’il vient d’accomplir un exploit que peu de gens ont osé avant lui. Son prochain objectif ? « France 4 m’a proposé un concept d’émission. Je ne veux pas en dire trop, mais il s’agirait de filmer mon retour à Rennes en train régional. C’est dangereux, car il y a de gros risques de faire un arrêt en gare de Redon… »

Selon nos informations, Hollywood serait également intéressé pour racheter les droits d’une future autobiographie.

Bonne chance, Amaury ! Qui a dit que les Bretons avaient perdu le sens de l’aventure ?

 

Illustration : Jan Slangen (CC)

Publicités

6 réflexions sur “Il fait Rennes-Nantes en autostop : une incroyable odyssée de 100 km

  1. Quel courage ! Alors que moi, j’ose à peine me rendre au bourg de mon village distant de 5 km. Chapeau bas ! Que les jeunes prennent exemple sur Amaury au lieu de rester glander dans les cages d’escalier des cités ! Partez à la découverte du Monde comme Amaury !

  2. Je fais du stop depuis que j’ai 14-15 ans, ainsi Rennes-Lorient-Brest-Paris-etc., j’ai fait ces parcours des centaines de fois, et j’ai aussi traversé toute l’Europe en stop sans imaginer faire des exploits ! J’ajoute que j’ai une voiture et tous les moyens de l’utiliser, cependant, un peu de sens de l’écologie et surtout de la rencontre de l’autre… Avec les rares risques que cela comporte, faire du stop ça décoiffe néanmoins plus que n’importe quelle partie de jeu vidéo, c’est sûre.

  3. Y en a marre de ces têtes brûlées qui n’ont aucune conscience de leurs actes; un jour il restera bloqué en gare à cause d’une grève et il l’aura bien cherché

  4. n’importe quoi filmer un retour en train régional et mon dieu le risque de passer par la bande de gaza qu’est Redon oh mon dieu !!!
    N’importe quoi quel exploit?!? Programmé en plus, j’ai fait lons le saunier – brest env 950 km sur à peine 2 jours (un dodo chez un gentil preneur en stop a Angers et c’est reparti) aucun calcul d’itinéraire, et voyage ayant démarré à 22 heures le premier jour arrivé à 15 heures le surlendemain.
    Mais qui à écrit cet article pourri?!??!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s